top of page
  • Scout en Bourse

Les investisseurs Socialement Responsables peuvent battre le marché !


La pandémie Covid-19, les troubles sociaux et un coup de projecteur sur les inégalités économiques mondiales ont entraîné des investissement à hauteur de 21 milliards de dollars dans des ETFs qui se concentrent sur des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance, ou ESG… ceci rien qu’au premier semestre de 2020. C’est presque le montant des investissements pour l'ensemble de 2019, et quatre fois le record annuel précédent.


Pourtant, alors que le S&P 500 approche encore d'un autre sommet historique cette semaine, la vieille vision de l’investissement socialement responsable qui consiste à penser que ce sont des investissements moins rentable a besoin d’être mis à jour. À la clôture de jeudi dernier, le SPDR S&P 500 ETF (symbole : SPY) a enregistré une hausse de 5,7% depuis le début de l’année. Quant est-il des ETF ESG ?


La performance des ETFs ESG est assez bonne. Parmi les six plus grands ETFs durables axés sur les actions américaines, il y en a quatre qui ont battu le S&P500 et deux qui traînaient à peine juste derrière le S&P500.


Les ETFs surperformants incluent iShares MSCI USA ESG Select (SUSA) avec 1,6 milliard de dollars d’AUM, offrant une performance en hausse de 10,1% depuis le début de l’année et l’ETF ESG Vanguard sur les actions américaines (ESGV - 1,8 milliard de dollars d’AUM), avec une performance en hausse de 9,8% sur l’année. On retrouve aussi l’ETF iShares ESG MSCI USA (ESGU) avec 8,4 milliards de dollars d’AUM et une performance de 8,1% … et l’ETF iShares MSCI KLD 400 Social (DSI) avec 2,1 milliards de dollars d’AUM, en hausse de 7%.


Les deux retardataires, pour ainsi dire - avec 2,5 milliards de dollars d’AUM, iShares ESG MSCI USA Leaders (SUSL) et Xtrackers MSCI USA ESG Leaders Equity (USSG) - ont tous deux enregistré un rendement de 5,4%.


Ces ETF ESG sont tous comparables au S&P. Les différences de portefeuille concernent davantage la sélection des titres que la pondération sectorielle. Au lieu de pondérer les actions uniquement en fonction de leur valeur marchande, ils tiennent également compte des scores ESG et d'autres mesures extra-financières.


Ces ETF ont 27% à 32% de leurs actifs dans des actions technologiques, par comparaison, juste un peu plus que la part de 27,5% dans le S&P 500. Les actions énergétiques, quant à elles, représentent 1,7% à 2,2% des fonds ESG, un peu moins que la part de 2,6% dans le S&P 500.


Les six fonds possèdent des nombres d'actions très différents - de 145 actions dans l'iShares SUSA à près de 1 500 actions dans le Vanguard ESG ETF - mais leurs risques de concentration sont similaires. Tous détiennent de 26% à 31% des actifs investis dans les 10 principaux titres; le S&P 500 compte 28% dans le top 10.


Les principaux titres peuvent cependant varier considérablement. Les ETF iShares ESGU et Vanguard possèdent les cinq composants et pilotes de performance les plus importants du S&P 500 - Apple (AAPL), Microsoft (MSFT), Amazon.com (AMZN), Facebook (FB) et Alphabet (GOOGL). Mais les deux fonds ont des allocations beaucoup plus faibles à Berkshire Hathaway (BRK), le sixième plus grand titre du S&P et retardataire cette année, en baisse de 7%.


Pourtant, le fait d’intégrer les cinq plus grandes entreprises du S&P500 n'affecte pas les rendements autant qu'on pourrait le penser. L'iShares SUSL possède presque deux fois plus de Microsoft et d'Alphabet que le S&P 500, mais pas Apple, Amazon.com ou Facebook. Le fait de ne pas profiter des gains importants de ces actions n’a que peu entamé la performance du fonds: son rendement de 5,4% depuis le début de l’année est légèrement inférieur au 5,7% du S&P 500.


L'iShares SUSA ne possède pas Amazon, qui a gagné 70% cette année, mais a tout de même battu le S&P 500 de quatre pourcent. Les pondérations plus lourdes du fonds dans d’autres valeurs surperformantes comme Accenture (ACN) et Salesforce.com (CRM) ont aidé.


De même, l'iShares DSI ne possède ni Apple ni Amazon, mais a des poids plus lourds chez Microsoft, Facebook, Alphabet et le fabricant de puces Nvidia (NVDA), qui a grimpé de 97% depuis le début de l'année. Le fonds a également dépassé le S&P 500 cette année.


Il s'avère que même si les investisseurs ESG doivent renoncer à certaines actions sur-performantes pour répondre à leurs critères de durabilité, des rendements plus élevés peuvent être trouvés ailleurs.



20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page